Skip to main content

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Références

A

  • Activité physique

    Toute forme de mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui entraîne une augmentation de la dépense énergétique (exemples d’activités : marche, course, danse, natation, yoga, jardinage, etc.). L’activité physique inclut tous les mouvements de la vie quotidienne, y compris ceux effectués lors des activités de travail, de déplacement, domestiques ou de loisirs. (Bull et al., 2020)

  • Activité physique aérobie

    Activité dans laquelle les grands muscles du corps se déplacent de manière rythmée pendant une période prolongée. L'activité aérobique - également appelée activité d'endurance - améliore la condition cardiorespiratoire. La marche, la course, la natation et le cyclisme en sont des exemples. (Bull et al., 2020)

  • Activité physique bénéfique pour la santé (AP-Santé)

    Toute forme d’activité physique qui apporte des bénéfices pour la santé, sans engendrer de risque ou de danger pour la santé.(HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT), s. d.)

  • Activité physique de loisir

    Activité physique pratiquée par une personne qui n'est pas requise en tant qu'activité essentielle de la vie quotidienne et qui est effectuée à la convenance de la personne. Les exemples comprennent la participation à des sports, le conditionnement physique ou l'entraînement et les activités récréatives telles que la marche, la danse et le jardinage (Bull et al., 2020)

  • Activité physique d’intensité faible

    Sur une échelle absolue, l'intensité faible se réfère à l'activité physique qui est effectuée entre 1,5 et 3 MET. Sur une échelle relative à la capacité personnelle d'un individu, l'activité physique d'intensité faible est généralement notée de 2 à 4 sur une échelle d'évaluation de l'effort perçu (0 à 10). Parmi les exemples, on peut citer la marche lente ou d'autres activités qui n'entraînent pas une augmentation substantielle du rythme cardiaque ou de la fréquence respiratoire (Bull et al., 2020)

  • Activité physique d'intensité modérée à vigoureuse

    Sur une échelle absolue, l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse désigne l'activité physique qui est effectuée au-dessus de 3 MET (c’est-à-dire trois fois l’intensité de repos) :
    - activité physique d’intensité modérée : 3 à 5 MET (c’est-à-dire trois à cinq fois l’intensité de repos)
    - activité physique d’intensité vigoureuse : supérieur à 6 MET (c’est-à-dire au moins 6 fois l’intensité de repos)
    Sur une échelle relative à la capacité personnelle d'un individu, l’activité physique modérée est généralement notée de 5 à 6 sur une échelle d'évaluation de l'effort perçu (0 à 10). Une activité physique d’intensité vigoureuse est généralement notée 7 ou 8 sur cette même échelle (Bull et al., 2020)

  • Approche par milieux de vie

    Le maintien et l'amélioration de la santé ne doivent pas être centrés uniquement sur l'individu et ses problèmes de santé, mais des changements doivent être générés au sein des organisations et des communautés pour assurer le développement d'environnements propices à la santé (Whitelaw et al., 2001)

  • Approche socio-écologique

    Approche socio-écologique qui explique que les comportements de l’individu sont influencés par et interagissent avec leur environnement. (Bronfenbrenner, 1977). La santé est déterminée par des conditions variées et des acteurs multiples qui interagissent les uns avec les autres. Ce modèle accorde une attention particulière aux interactions et aux interdépendances entre les individus et leurs environnements social et physique.

  • Autonomisation de la santé

    En matière de promotion de la santé, l'autonomisation est un processus par lequel les personnes acquièrent un plus grand contrôle sur les décisions et actions affectant leur santé (Nutbeam, 1998)

C

  • Cartographie conceptuelle

    Il s’agit d’une approche participative utilisant un cadre structuré pour explorer les idées des acteurs concernés à propos d'un sujet précis, leur permettant ainsi de contribuer à la réponse. Ce processus est composé de plusieurs étapes : 1) partage des résultats à l'aide d'une analyse statistique, 2) mise en œuvre d’une graduation multidimensionnelle et d’une analyse en grappes hiérarchiques, 3) utilisation des méthodes qualitatives et quantitatives, 4) en encourageant le partage, l'apprentissage, la créativité et l'adaptation (Trochim, 1989).

  • Club sportif

    Organisations privées, sans but lucratif, formellement indépendantes du secteur public, comprenant des membres bénévoles et une structure démocratique, ayant pour objectif principal des dispositions relatives au sport (Elmose-Østerlund et al., 2017)

  • Collaboration

    Le contexte de collaboration est établi dès lors que des acteurs, individuels ou collectifs se réunissent pour explorer de nouvelles possibilités ou atteindre un objectif commun.
    Deux types de collaborations peuvent être analysées : le concept de collaboration horizontale (ou transversale ou intersectorielle) établie entre plusieurs secteurs ou sous-secteurs d’un même domaine (comme par exemple la mise en œuvre d’un projet municipal pour lequel la collaboration des services de la santé, du sport, et des transports est nécessaire), et le concept de collaboration verticale établie entre plusieurs niveaux (organisés de façon hiérarchiques) , sans considération des limites éventuelles de compétences (comme par exemple une prise de décision à laquelle participent des élus, des chefs de service et des techniciens).
    Il est également possible d’évoquer la collaboration multi niveaux et multi acteurs sans relation hiérarchique engageant, par exemple, divers niveaux de collectivités territoriales.
    La collaboration intersectorielle intègre généralement une étape de consultation des principales parties prenantes ainsi qu’un travail de partenariat entre plusieurs organismes(Le portail canadien des pratiques exemplaires – PCPE, s. d.)

  • Communication en matière de santé

    La communication en matière de santé est une stratégie essentielle visant à informer le public au sujet de problèmes de santé et à faire en sorte que d’importantes questions de santé intéressent la population. L’utilisation des médias, du multimédia et d’autres innovations technologiques pour diffuser d’utiles informations en matière de santé augmente la prise en conscience de certains aspects de la santé individuelle et collective, ainsi que de l’importance de la santé dans le développement. (Cerqueira & Coe, 1996).

  • Compétence en matière de santé

    Aptitudes cognitives et sociales qui déterminent la motivation et la capacité des individus à obtenir, comprendre et utiliser des informations d’une façon qui favorise et maintienne une bonne santé (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Comportement de santé

    Toute activité entreprise par une personne, quel que soit son état de santé réel ou perçu, dans le but de promouvoir, de protéger ou de maintenir sa santé, que ce soit ou non objectivement efficace dans la perspective de ce but (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Comportement à risque

    Comportement dont on a constaté qu’il est lié à une vulnérabilité accrue à l’égard d’une maladie déterminée ou de certains problèmes de santé. (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

D

  • Déterminants de la santé

    Les déterminants de la santé sont les facteurs personnels, sociaux, économiques et environnementaux qui déterminent l’état de santé des individus ou des populations. Ils sont multiples et agissent les uns avec les autres (Organisation Mondiale de la Santé, 2003).

  • Domaines de l’activité physique

    Les activités physiques peuvent être entreprises dans divers domaines, notamment dans l'un des domaines suivants : loisirs, occupation, éducation, domicile et/ou transport (Bull et al., 2020).

E

  • Education pour la santé

    L’éducation pour la santé comprend la création délibérée de possibilités d’apprendre grâce à une forme de communication visant à améliorer les compétences en matière de santé, ce qui comprend l’amélioration des connaissances et la transmission d’aptitudes utiles dans la vie, qui favorisent la santé des individus et des communautés. (Nutbeam, 1998).

  • Etat de santé

    Description ou mesure de la santé d’un individu ou d’une population à un moment donné en fonction de normes définies, généralement par référence à des indicateurs de santé. (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Evaluation de la promotion de la santé

    L’évaluation de la promotion de la santé vise à déterminer la mesure dans laquelle les actions de promotion de la santé obtiennent un résultat auquel une « valeur » est attribuée. (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998)

  • Évaluation économique

    Processus qui consiste à comparer les bénéfices et les coûts respectifs de différentes interventions, programmes ou politiques. Son objectif est de mesurer l'efficience, ou l'utilité de l'argent dépensé pour une intervention par rapport à une autre, en vue d’atteindre un résultat identique ou similaire (Goldsmith et al., 2004).

F

  • Facteur de risque

    Situation sociale ou économique, état biologique, comportement ou environnement qui est lié, éventuellement par une relation de cause à effet, à une vulnérabilité accrue à une maladie, à des problèmes de santé ou à des traumatismes déterminés (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

I

  • ICAPS

    Intervention auprès des Collégiens Centrée sur l’Activité Physique et la Sédentarité devenu depuis 2019 Intervention Centrée sur l’Activité Physique et la Sédentarité (concerne les enfants et jeunes de 3 à 18 ans)

  • Inactivité physique

    L’inactivité physique est définie par un niveau d’activité physique inférieur aux recommandations. Les adultes seront considérés « inactifs » (qui pourra être reformulé par « insuffisamment actifs ») s’ils pratiquent moins de 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée et élevée au moins 5 jours par semaine. Les enfants et adolescents seront considérés « inactifs » s’ils pratiquent moins de 60 minutes d’activité physique par jour d’intensité modérée et élevée.

    Source : Synthèse pour les professionnels des recommandations de l’anses de février 2016 sur l’activité physique et la sédentarité. Actualisation des repères du pnns. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 34 p. https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/rapport-synthese/synthese-pour-les-professionnels-des-recommandations-de-l-anses-de-fevrier-2016-sur-l-activite-physique-et-la-sedentarite.-actualisation-des-repere

  • Infrastructure pour la promotion de la santé

    Ressources humaines et matérielles, structures organisationnelles et administratives, politiques, réglementations et incitations qui facilitent une action organisée de promotion de la santé en vue de faire face à des questions et défis de santé publique (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

M

  • MET : Équivalent métabolique de la tâche

    L'équivalent métabolique de la tâche, ou simplement l'équivalent métabolique, est une mesure physiologique exprimant l'intensité des activités physiques. Un MET est l'équivalent énergétique dépensé par un individu en position assise au repos, généralement exprimé en mLO2/min/kg (Bull et al., 2020).

  • Milieu de vie promoteur de santé

    Un lieu ou un contexte social dans lequel les personnes s'adonnent à des activités quotidiennes dans lesquelles les facteurs environnementaux, organisationnels et personnels interagissent pour affecter leur santé et leur bien-être (Nutbeam, 1998).

P

  • Partenariat pour la promotion de la santé

    Un partenariat pour la promotion de la santé est un accord volontaire entre deux ou plusieurs parties pour travailler en coopération en vue de parvenir à un ensemble de résultats communs en matière de santé (Nutbeam, 1998).

  • Plan d'action

    Doit identifier qui fait quoi (type d’activités et personnes responsables de la mise en œuvre), quand (échéance), comment (approches, activités et interventions) et avec quels moyens (ressources). Dans l’idéal, le plan d’action prévoit également un système de surveillance et d’évaluation. Un plan d’action peut faire partie d’une politique (voir ci-dessous) ou être un document indépendant (HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT), s. d.).

  • Politique

    Document écrit qui contient des priorités, définit des objectifs et provient habituellement d’un secteur spécifique de l’administration publique. Une politique peut contenir, ou être accompagnée d’un plan d’action (voir ci-dessus) (HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT), s. d.).

  • Pouvoirs publics

    Ensemble des autorités publiques qui détiennent le pouvoir, y compris les administrations locales. Les pouvoirs publics correspondent aux organes créés ou mentionnés par la Constitution et dont le statut est établi par des lois organiques. Ils interviennent dans de nombreux domaines (HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT), s. d.).

  • Pratique sportive

    La pratique sportive est caractérisée par une forme d’exercice, qui peut être réalisé individuellement ou comme membre d’une équipe. Les participants adhèrent à un ensemble commun de règles et d’attentes, et un objectif défini existe (Kahn et al., 2003). Elle constitue également un sous-ensemble de l’activité physique .(Définitions - Manger Bouger Professionnel, s. d.).

  • Progrès de santé

    Le progrès de la santé est un moyen d’exprimer une amélioration des résultats en matière de santé. On peut utiliser cette notion pour rendre compte de l’avantage d’une intervention de santé par rapport à une autre parce que la première engendre un plus grand progrès de la santé (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Promotion de la santé

    La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci (Organisation Mondiale de la Santé, 1986)

R

  • Réseau

    Groupement d’individus, d’organisations et d’organismes structuré de façon non hiérarchique autour de questions ou de préoccupations communes, qui font l’objet d’une action préventive et systématique reposant sur une volonté d’agir et la confiance (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Résultats en matière de santé

    Changement de l’état de santé d’un individu, d’un groupe ou d’une population qui est attribuable à une intervention planifiée ou à une série planifiée d’interventions, que ces interventions visent ou non à modifier l’état de santé (Organisation Mondiale de la Santé, Health Promotion Glossary, 1998).

  • Résultats de la promotion de la santé

    Les résultats de la promotion de la santé sont des changements dans les caractéristiques et les compétences personnelles, dans les normes et actions sociales, dans les pratiques organisationnelles et les politiques publiques, et qui sont attribuables à une activité de promotion de la santé (Nutbeam, 1998).

  • Revue de littérature

    Il s’agit d’un résumé exhaustif des recherches antérieures menées sur un sujet donné, comprenant une analyse et une discussion des informations publiées (Hart, 1998).

S

  • Santé

    Un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité (Nutbeam, 1998).

  • Santé publique

    […] « Elle intègre les notions de prévention, de promotion de la santé, d’appréciation des risques pour la santé, de mesures des pathologies, de définition de politiques publiques de santé et d’organisation des soins et du système de santé. »

    […] « La santé publique concerne des populations, l’ensemble des citoyens et non pas seulement l’individu ou une personne malade. »

    […] La « nouvelle » santé publique va bien au-delà des limites du système de santé pour privilégier une approche transversale, multisectorielle des enjeux sanitaires, intégrant toutes les composantes de la protection de la santé. »

    Source : Bourdillon François, Brücker Gilles, Tabuteau Didier, « 1. Définitions de la santé publique », dans : François Bourdillon éd., Traité de santé publique. Cachan, Lavoisier, « Traités », 2016, p. 3-6. DOI : 10.3917/lav.bourd.2016.01.0028. URL : https://www.cairn.info/traite-de-sante-publique--9782257206794-page-3.htm

  • Sédentarité (ou comportement sédentaire)

    La sédentarité correspond aux situations passées en position assise ou allongée (en dehors des périodes de sommeil et de repas), dans lesquelles les mouvements du corps sont réduits à leur minimum : regarder la TV, travailler à son bureau, sur un ordinateur, jouer aux jeux vidéo, lire, téléphoner ou regarder son smartphone assis ou allongé, être passager dans une voiture…

    Source : Synthèse pour les professionnels des recommandations de l’anses de février 2016 sur l’activité physique et la sédentarité. Actualisation des repères du pnns. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 34 p. https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/rapport-synthese/synthese-pour-les-professionnels-des-recommandations-de-l-anses-de-fevrier-2016-sur-l-activite-physique-et-la-sedentarite.-actualisation-des-repere

  • Sport-santé

    Le ministère des Sports définit le « sport-santé » comme étant la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant conformément à la définition de la santé par l’OMS : physique, psychologique et sociale. Il correspond à la pratique structurée et encadrée d’une activité physique ou sportive au sein de clubs, salles de sport ou autres structures (Pourquoi promouvoir la santé par le sport ?, s. d.).

  • Stratégie

    Plan à long terme conçu pour atteindre des objectifs (dans notre cas, de prévention des maladies et de promotion de la santé) (HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT), s. d.).


Références

Bronfenbrenner, U. (1977). Toward an experimental ecology of human development. American psychologist, 32(7), 513.

Bull, F. C., Al-Ansari, S. S., Biddle, S., Borodulin, K., Buman, M. P., Cardon, G., Carty, C., Chaput, J.-P., Chastin, S., Chou, R., Dempsey, P. C., DiPietro, L., Ekelund, U., Firth, J., Friedenreich, C. M., Garcia, L., Gichu, M., Jago, R., Katzmarzyk, P. T., … Willumsen, J. F. (2020). World Health Organization 2020 guidelines on physical activity and sedentary behaviour. British Journal of Sports Medicine, 54(24), 1451‑1462. https://doi.org/10.1136/bjsports-2020-102955

Cerqueira, M. T., & Coe, G. A. (1996). Communication, education and participation : A framework and guide to action. In Communication, education and participation : A framework and guide to action (p. 44‑44).

Définitions—Manger Bouger Professionnel. (s. d.). Consulté 1 décembre 2020, à l’adresse https://www.mangerbouger.fr/pro/sante/activite-physique-20/definitions-types-d-activite-intensite-et-mesure/definitions.html

Elmose-Østerlund, K., Ibsen, B., Nagel, S., & Scheerder, J. (2017). Explaining similarities and differences between European sports clubs. An overview of the main similarities and differences between sports clubs in ten European countries and the potential explanations, Sivsce report, 4.

Goldsmith, L. J., Hutchison, B., & Hurley, F. J. (2004). Economic Evaluation Across the Four Faces of Prevention. Hamilton, Ontario: Centre for Health Economics and Policy Analysis, McMaster University.

Hart, C. (1998). Hart, Chris, Doing a Literature Review : Releasing the Social Science Research Imagination. London: Sage, 1998.

HEPA PAT - Health Enhancing Physical Activity (HEPA) Policy audit Tool ( PAT). (s. d.). Consulté 1 décembre 2020, à l’adresse https://www.sfsp.fr/content-page/item/2190-hepa-pat-health-enhancing-physical-activity-hepa-policy-audit-tool-pat

Kahn, J. H., Hessling, R. M., & Russell, D. W. (2003). Social support, health, and well-being among the elderly : What is the role of negative affectivity? Personality and Individual Differences, 35(1), 5‑17.

Le portail canadien des pratiques exemplaires – PCPE. (s. d.). Consulté 1 décembre 2020, à l’adresse https://cbpp-pcpe.phac-aspc.gc.ca/fr/approche-axee-sante-population-cadre-organisateur/element-cle-6-favoriser-la-collaboration-entre-les-differents-secteurs-et-niveaux/

Nutbeam, D. (1998). Health promotion glossary. Health promotion international, 13(4), 349‑364.

Organization, W. H. (1986). Ottawa charter for health promotion. Health promotion, 1, iii‑v.

Organization, W. H. (1998). Health promotion glossary. World Health Organization.

Organization, W. H. (2003). Social determinants of health : The solid facts. World Health Organization. Regional Office for Europe.

Pourquoi promouvoir la santé par le sport ? (s. d.). sports.gouv.fr. Consulté 1 décembre 2020, à l’adresse https://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/sport-sante-bien-etre/Le-Pole-Ressources-national-Sport-et-Sante-11176/Pourquoi-promouvoir-la-sante-par-le-sport

SPF. (s. d.). Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (Esteban 2014-2016). Chapitre Activité physique et sédentarité. Consulté 1 décembre 2020, à l’adresse https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/rapport-synthese/etude-de-sante-sur-l-environnement-la-biosurveillance-l-activite-physique-et-la-nutrition-esteban-2014-2016.-volet-nutrition.-chapitre-activit

Trochim, W. M. (1989). An introduction to concept mapping for planning and evaluation. Evaluation and program planning, 12(1), 1‑16

Whitelaw, S., Baxendale, A., Bryce, C., Machardy, L., Young, I., & Witney, E. (2001). ‘Settings’ based health promotion : A review. Health promotion international, 16(4), 339‑353.

WHO Regional Office for Europe. Social determinants of health and well-being among young people. In Health Behaviour in School-Aged Children (HBSC) Study : International Report from the 2009/2010 Survey; Health Policy for Children and Adolescents No. 6; Currie, C., Zanotti, C., Eds.; WHO Regional Office for Europe : Copenhagen, Denmark, 2012.